A l'ombre du passé

RYBACK, Issachar
, Iélisavelgrad (Russie), 1897 - Paris, 1935
KAHN, Gustave
Paris, France, 
1933
Inv.
2019.04.001
Estampe
Album de gravures
Dimensions :
H. 45 - L.33,5 - Ep. 2,5 cm (album); H. 37,5 - L.28 cm (feuilles)
Impression à l'encre noire et rouge sur papier MBM, gravures à la pointe sèche
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Porto-folio comprenant 12 gravures à la pointe sèche, préfacé par Gustave Kahn, édition n°1/100, numéroté et signé
2019.04.001.1 : Le pigeonnier
2019.04.001.2 : Sur la grande route
2019.04.001.3 : La grande place
2019.04.001.4 : Le marché
2019.04.001.5 : Marchand de volaille
2019.04.001.6 : Méditations
2019.04.001.7 : Projets de mariage
2019.04.001.8 : Les musiciens
2019.04.001.9 : La fiancée
2019.04.001.10 : Le mendiant aveugle
2019.04.001.11 : Le violoniste aveugle
2019.04.001.12 : Deux mondes

Edition :
Oreste Zeluk, Paris
Marques :
Numérotées par estampage sur le passe partout

Né en Ukraine à Elisavetgrad, Ryback poursuit ses études d’art à l’école d’art de Kiev de 1911 à 1916. Durant l’été 1916, il participe avec El Lissitzky aux expéditions de la Société d’histoire et d’ethnographie juive organisées par le chercheur, critique et auteur An-sky, qui permettent à une génération de jeunes artistes juifs de redécouvrir et de s’approprier une histoire et un patrimoine culturel populaire. A la suite de la révolution d’Octobre, il participe aux activités de la "Kultur Lige" à Kiev comme professeur de dessin. En 1918, il produit une série de dessins dénonçant les pogroms survenus au cours de la guerre civile. Actif dans les cercles de théâtre juif à Kiev, il est l’auteur avec Boris Aronson d’un texte fondamental pour la culture yiddish, « Les voies de la peinture juive » (« Di vegn fun der yidisher maleray ») publié dans le journal "Oyfgang" en 1919. En 1921, il s’installe quelque temps à Berlin, où il participe aux activités du "Novembergruppe", et se consacre à l’illustration de nombreux livres pour enfants en yiddish (inv. 2000.16.406). Il y publie l’un de ses chefs-d’œuvre "Shtetl, mayn khoreve heym, a gedenkenish" ("Shtetl, ma maison détruite, un souvenir", inv. 96.50.001) en 1923, dans lequel il évoque la vie traditionnelle de ces bourgades juives à travers un vocabulaire empruntant au cubisme et à l’expressionnisme. En 1925, Ryback retourne brièvement à Moscou où il travaille à des décors de théâtre, mais s’installe en 1926 à Paris, et où il publie ce présent ouvrage ("A l’ombre du passé") qui sera son dernier album. Comme pour l’album "Shtetl", l’ouvrage traite de la vie traditionnelle juive, mais avec un vocabulaire formel et une technique plus apaisés.
A rapprocher de l'œuvre : mahJ 96.50.001

Historique
Le livre appartenait à la voisine de la vendeuse