2002, Kerman. Vieux quartier juif

ABENSUR, Pierre
, né en 1962 à Nice
Kerman, Iran, 
2002
Inv.
2014.07.025
Photographie
Dimensions :
H. 30 - L. 40 cm
Épreuve au gélatino-bromure d'argent
mahJ, 
don de Pierre Abensur

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

La ville de Kerman ne compte plus que sept familles juives et apparemment plus pour longtemps. En période de vacances, il devient difficile de réunir dix hommes pour le minyane. La famille Pashaminas Zadeh est partie d’Houroumieh, au nord du pays, pendant la guerre contre l’Irak alors que les bombardements se faisaient trop pressants. La fille aînée vit en Israël et Elsa, sa cadette, pense la rejoindre dans les prochains mois et y poursuivre ses études de mathématiques. Le reste de la famille attendra que le fils ait terminé son service militaire. Elsa décrit le sentiment d’enfermement qu’elle éprouve dans cette ville malgré ses quelques amies, mais reste consciente des difficultés qu’auront ses parents à s’adapter dans un pays étranger. Quel travail trouvera son père qui tient une petite échoppe de tissus au bazar ? Elle me cite l’exemple de vieilles personnes du voisinage qui sont parties sur l’insistance de leurs enfants et qui voudraient bien rentrer maintenant. Leurs rapports de voisinage avec les musulmans sont bons. La famille fait régulièrement appel à une voisine afghane pour aider aux travaux ménagers comme le grand nettoyage et la préparation des mets qui précèdent la fête de Pessah. Les soirs de Shabbat, après la prière et le repas, les familles juives se retrouvent autour d’une théière et d’une partie de dames. Naturellement, la conversation tourne autour des projets de départ.