Le mahJ chez vous #15 : le biglotron, un schmilblick
 

Pierre Dac et son « biglotron » sur la scène des Trois Baudets pour l’émission « Entre Pigalle et Blanche », RTF, 14 avril 1962 © Ina



Chers Amis du mahJ,

Le mardi, rions avec Pierre Dac !

Remontons le temps jusqu’au 17 janvier 1966 : pour le plus grand plaisir des auditeurs, un nouveau feuilleton, Bons baisers de partout, investit les ondes de France Inter. Diffusés jusqu’en 1974, ses 740 épisodes sont l’œuvre de Pierre Dac et de Louis Rognoni. L’opération secrète « Tupeutla » est au cœur de cette parodie des films d'espionnage des années 1960 et notamment du James Bond Bons baisers de Russie. Son objectif : protéger les plans du biglotron, une invention du professeur Slalom Jérémie Ménerlache.

Mais qu’est-ce que le biglotron ? Ce mot est apparu en réalité quelques années plus tôt dans un sketch éponyme qui pastiche les premières émissions télévisées de vulgarisation scientifique, alors que la technique s’invite progressivement dans les foyers (robots ménagers, radio, télévision…). L’invention témoigne de la virtuosité de Dac, grand amateur de mathématiques, dans la production de mots à consonance scientifique. Le biglotron, contraction de « bigleux » et de « synchrotron », ressemble à s’y méprendre à un schmilblick perfectionné, cet objet « qui ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout », imaginé au début des années 1950.

Pour y voir plus clair, donnons la parole à l’inventeur, dans une vidéo de l’INA, partenaire de l’exposition « Pierre Dac. Du côté d’ailleurs » .

Fidèlement,

L’équipe du mahJ


Pierre Dac


71, rue du Temple, 75003 Paris
mahJ.org
Facebook
Twitter
Instagram
Youtube


Cet email vous est adressé par le musée d'art et d'histoire du Judaïsme.
Conformément à la Loi informatique et libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données qui vous concernent.