Le mahJ chez vous #12 : Avec Pierre Dac, vive le M.O.U. !
 

L’Os à moelle, n° 44, 18 février 1965 © Archives Jacques Pessis



Chers Amis du mahJ,

Saviez-vous que bien avant Coluche en 1981, Pierre Dac s’était déclaré candidat à l’élection présidentielle de 1965 ? Il s’agissait de la première élection au suffrage universel direct du président de la République. Étaient en lice le général de Gaulle, Jean Lecanuet, Pierre Marcilhacy, François Mitterrand et Jean-Louis Tixier-Vignancour.

Parodiant les rituels politiques, Pierre Dac se lance dans la campagne sous l’étiquette du M.O.U. (Mouvement ondulatoire unifié), au cours d’une conférence de presse le 9 février 1965 à l’Élysée-Matignon – alors l’une des discothèques les plus courues de la capitale. Le Tout-Paris est là et applaudit le canular. Dac fait son entrée avec ses gardes du corps, André Bollet et Frank Valois, deux célèbres catcheurs. Il nomme Jacques Martin premier ministre, Jean Yanne et René Goscinny ministres.

La fidélité de Pierre Dac à l’homme du 18 juin 1940, qu’il avait rejoint à Londres, le fait rapidement renoncer à sa candidature. Sur France Inter, il finit par annoncer son retrait : « Je viens de constater que Jean-Louis Tixier-Vignancour briguait lui aussi, mais au nom de l’extrême droite, la magistrature suprême. Il y a donc désormais, dans cette bataille, plus loufoque que moi. Je n’ai aucune chance et je préfère renoncer. »

Cette candidature, Antoine de Caunes l’évoque dans une courte vidéo que nous sommes heureux de vous faire découvrir aujourd’hui. Pour retrouver d’autres pastilles sur Pierre Dac, avec la joyeuse participation d’Antoine de Caunes, mais aussi d’Alex Vizorek et de Guillaume Meurice, humoristes à France Inter, rendez-vous sur les réseaux sociaux du musée dès le 15 décembre !

Fidèlement,

L’équipe du mahJ

Pierre Dac

71, rue du Temple, 75003 Paris
mahJ.org
Facebook
Twitter
Instagram
Youtube


Cet email vous est adressé par le musée d'art et d'histoire du Judaïsme.
Conformément à la Loi informatique et libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, d'opposition et de suppression des données qui vous concernent.