Yingl, tsingl, khvat

MANI LEYB
LISSITZKY, El
, Potchinok (Russie), 1890 - Moscou, 1941
Kiev, Petersbourg, 
1919
Inv.
2000.16.320
Livre imprimé
Livre illustré
Yingl, tsingl, khvat
Dimensions :
H. 25,8 - L. 20,5 cm
Impression sur papier, reliure agrafée
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Cahier agrafé, couverture souple. Première de couverture : sur un fond blanc en haut de page le nom de l'auteur et le titre en caractères stylisés, en bas de page le nom de l'illustrateur. Au centre une illustration représentant un garçon sur un cheval au galop et une vue de village. Page de titre : dans un cadre rouge : Mani Leyb, Yingl, tsingl, khvat. Getseyhnt fun E. Lissitsky in Moskve, 1919. Kooperative gezelshaft "Idisher folksfarlag", Kiev, Petersbourg".
Planches composées de texte en vers et d'illustrations en noir et blanc sur toutes les pages. 12 pages non numérotées. Sur la quatrième de couverture la marque de la maison d'édition. Lettrines.

Edition :
Kooperativer gezelshaft "Idisher folksfarlag"
Publication :
"Futur Antérieur. L'avant-garde et le livre yiddish (1914-1939)", catalogue d'exposition du MAHJ, éd. Skira Flammarion, Paris, 2009, p. 135.
Inscriptions
ינגעל צינגעל כוואט
Titre : Le petit futé à la langue affutée.

Lissitzky avait sans doute préparé dès 1918 les illustrations pour "Yingl; tsingl khvat, un conte de Mani Leyb mettant en scène un jeune garçon qui, à l'aide du mystérieux prophète Élie, vient sauver un village envahi par la boue. La relation complexe du texte à l'image est ici très développée par Lissitzky. Son intérêt pour les textes anciens se traduit par son emploi ludique des lettres hébraïques débutant chaque page, bien que le traitement moderniste qu'il leur réserve est révélateur de son intérêt croissant pour la typographie.
Les illustrations donnent un aperçu joyeux de la vie juive au shtetl. Sur la couverture en trois couleurs, le jeune cavalier s'élance loin du shtetl dans une diagonale qui crée une forte impression de mouvement. la première page n'est pas moins puissante: un Juif pieux, couvert d'un châle de prière y fait le pont entre le monde chrétien et le monde juif, symboliés respectivement par une église et une synagogue, auxquelles répondent, en bas, un cochon et une chèvre. le livre connut sûrement un grand succès, car il fût réimprime à Varsovie en 192. Ayant à cette époque déjà délaissé la figuration, Lissitzky y ajoute une page de titre uniquement typographique, dont la composition fait néanmoins écho à celle de la couverture de cette édition.