Confiturier

DUPRE, Emile
Paris, France, 
1819-1838
Inv.
2011.13.001
Objet de la vie quotidienne
Confiturier
Dimensions :
Ensemble : H. 14,5 - D. 20 / Assiette : H. 1,5 - D. 20 / Confiturier : H. 12,5 - L. 19 cm
Argent gravé
mahJ, 
don de Gérard Bonn

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Une coupe en argent à deux anses, avec couvercle surmonté d'un aigle, et soucoupe

Marques :
Poinçons
Inscriptions
Sur l’écuelle : Titre : poinçon au vieillard; Paris 1819-1838 ; Tardy p. 193 Garantie : minerve de la grosse garantie ; Tardy p. 193 Maître : DUPRE dans un losange oblong Et un autre poinçon de maître : FAB dans un losange avec le bas d’une patte d’hermine ou de fleur de lis. Question : est-ce que le décor du marli aurait été repris postérieurement pour assortir au confiturier, justifiant un 2e poinçon de maître ? Sur le couvercle : Titre : poinçon au vieillard; Paris 1819-1838 ; Tardy p. 193 Garantie : minerve de la grosse garantie ; Tardy p. 193 Maître : E ou F / en français : "Le consistoire israélite de METZ à Mr CHARLEVILLE, rabbin. 1850"; en hébreu : "Hanoukkat ha-bayit E’’Sh[abbat]Q[odesh] B’’B [2’’2] Eloul 5610" Sur la coupe: Titre : poinçon au vieillard; Paris 1819-1838 ; Tardy p. 193 (au bord supérieur près d’une anse) Garantie : minerve de la grosse garantie ; Tardy p. 193 (au pied) Maître : ED dans un losange vertical avec un maillet. Emile Dupré ? (Arminjon, n° 1344)
« Inauguration de la maison [synagogue] le saint shabbat 22 Eloul 5610 [vendredi 30 août 1850]. »

Mr Gérard Bonn est un descendant de Mahir Charleville. Il a déjà fait don au musée d'art et d'histoire du Judaïsme de deux lettres de Mahir Charleville. Il souhaite maintenant offrir au musée ce confiturier qui appartenait à sa famille.
Mahir Charleville ou Meir Charleville, né à Metz en 1814, il est le petit-fils de Mayer Charleville, premier grand rabbin consistorial de la communauté de Metz. Il étudie dans les écoles israélites puis, de 1830 à 1839, à l’École centrale rabbinique de Metz. Il sera successivement instituteur et prédicateur pour la communauté juive de Lyon (1839- 1842), rabbin de la communauté de Dijon (1842-1857), occasionnellement aumônier militaire durant la campagne d’Italie (1856). De 1857 à 1865 il est le directeur administrateur et aumônier de l’hôpital et de l’hospice fondés par James de Rothschild à Paris. Il est membre fondateur de l’Alliance israélite universelle en 1860. En 1864, il obtient le poste de rabbin à Oran puis devient en 1867 le premier grand rabbin institué pour la province algérienne de l’Oranais. En 1877, il est nommé rabbin de la communauté juive de Versailles où il meurt en 1888.
La communauté juive s’accroissant, le consistoire de Metz décide en 1845 de faire bâtir un complexe – comprenant une grande synagogue de 1400 places, des salles de classes, de réunion et d’asile – qui fut reconnu d’utilité publique. Ce nouvel espace communautaire fut édifié sur l’emplacement de l’ancienne synagogue ainsi que sur l’espace de deux maisons adjacentes qui furent achetées, l’une pour 4.000 francs à la famille Brisac, l’autre pour 16.000 francs à la famille Charleville.

Historique
Le 30 août 1850 à 13h, la communauté israélite de Metz inaugure sa nouvelle synagogue en présence des autorités préfectorales et municipales, des notables de l’administration et de la justice messines, du grand rabbin du Consistoire central Marchand d’Ennery, du grand rabbin de Metz Mayer Lambert et du rabbin Mahir Charleville, alors rabbin de Dijon et dont le domicile familial avait disparu au profit du nouvel édifice communautaire. Le rabbin Charleville fit un long discours et reçut en cadeau de la communauté ce confiturier en argent.