1999, Ispahan, Jamborée. Femmes se rendant à la synagogue

ABENSUR, Pierre
, né en 1962 à Nice
Ispahan, Iran, 
1999
Inv.
2014.07.046
Photographie
Dimensions :
H. 30 - L. 40 cm
Épreuve au gélatino-bromure d'argent
mahJ, 
don de Pierre Abensur

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Chaque samedi matin, les Juifs d’Ispahan retournent à Jamborey pour célébrer Shabbat dans les synagogues familiales de l’ancien ghetto. Facilement reconnaissables grâce à leurs dômes hexagonaux, ces lieux de culte accessibles par des porches surbaissés rappellent l’époque où les Juifs devaient courber la tête pour entrer chez eux et ne pouvaient habiter des maisons plus hautes que celles des musulmans. Quelques familles juives vivent encore dans ce quartier aujourd’hui peuplé de réfugiés afghans et d’Iraniens défavorisés parmi lesquels les intégristes recrutent leurs militants les plus zélés. Sur les murs, fleurissent les slogans anti-américains. Pour des questions de sécurité, certaines parties de ces synagogues vieilles de deux ou trois siècles ont été condamnées et la séparation des sexes n’est plus que symbolique. Dans le sud de l’Iran, les Juifs ont pris l’habitude de se déchausser à l’entrée des synagogues par mesure d’hygiène, une tradition profane et domestique qui n’est vraisemblablement pas un emprunt à l’Islam.
En semaine, les fidèles se retrouvent à la synagogue Ketter David, place de Palestine, plus importante et mieux située pour la majorité des Juifs qui habitent et tiennent leurs commerces dans le centre ville.