Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour Rencontre-lecture

----------------------

Agenda Carte Amis du Mahjtarif Programme Télécharger le programme du Mahj
de septembre 2013 à janvier 2014


----------------------

----------------------

Yung Vilne, 1934
Couverture Bentsion Mikhtom
©Mahj

Daniel Kenigsberg ©DR

Dimanche 22 septembre 2013 à 16 h
La Lituanie des poètes
Moïshe Kulbak, Haïm Grade, Avrom Sutzkever


Dans le cadre du centenaire de la naissance d’Avrom Sutzkever (1913-2010)

Avec la participation
flècheRachel Ertel, auteur et traductrice des littératures yiddish et américaine
flècheYitskhok Niborski, maître de conférences de yiddish à l’Institut national des langues et civilisations orientales, vice-président de la Maison de la culture yiddish
flècheAlbert Hirsch, artiste peintre et sculpteur 
flècheGilles Rozier, directeur de la bibliothèque Medem, traducteur de l’hébreu et du yiddish, et notamment de l’ouvrage Le Ghetto de Wilno, 1941-1944, d’Avrom Sutzkever (Denoël, 2013)

Lecture de poèmes (traduction de Rachel Ertel) par Daniel Kenigsberg


« Vilno, la Jérusalem de Lituanie, a de tout temps été un des centres les plus féconds, de la culture juive religieuse aussi bien que laïque.
Le groupe Yung Vilne  jette les derniers feux de l’exubérant avant-gardisme de la littérature yiddish qui avait embrasé le yiddishland sur tous les continents.
Ses auteurs, d’une génération plus jeunes que leurs prédécesseurs en modernité, en récoltent toute la flamboyance et comptent dans leurs rangs certains des plus grands poètes.
Se constituant à partir des années 1920, ils publient leurs trois recueils collectifs Yung Vilne en 1934, 1935 et 1936. Ils forment un groupe d’une dizaine d’auteurs et de quelques peintres, dont l’unité tient à leur hétérogénéité revendiquée.
Leur génie tutélaire Moïshe Kulbak, poète et romancier génial, inspirateur vénéré, se trouve déjà à Minsk depuis 1928 quand les périodiques de Yung Vilne paraissent.
Hadassa Rubin, Avrom-Yoshè Heshl, Shmerkè Katcherguinski, Alkhonen Vogler, Leïzer Wolf, et leurs émules de Kovno, publient non seulement dans leur propre périodique mais aussi dans diverses revues de Pologne et des Etats-Unis. Parallèlement paraissent leurs livres individuels qui révèlent l’originalité de chacun.
Moïshe Kulbak, Avrom Sutzkever et Haïm Gradè, les plus considérables, les plus influents de ces poètes marquent d’un sceau indélébile toute la poésie yiddish.
Le destin du collectif sera bref. L’extermination de la seconde guerre mondiale y met fin. Moïshe Kulbak sera une des premières victimes yiddish de la Grande Terreur staliniste, fusillé en 1940. Sutzkever connaîtra l’enfer du ghetto, et survivant par miracle, poursuivra une œuvre protéiforme en Israël, y publiera une revue remarquable Di Goldene Keït à laquelle participeront des écrivains du monde entier, ainsi que ceux qui se sont nommés « Yung Isroel » , émules de leurs prédécesseurs de Vilno.
Haïm Gradè, connaîtra le grand Nord soviétique, puis Moscou, et aux Etats-Unis, continuera en poésie et en prose une œuvre qui s’attachera à faire revivre les disparus. »
Rachel Ertel


Avec le soutien des services culturels de l’ambassade de Lituanie, dans le cadre de la présidence lituanienne de l’Union européenne.

En partenariat avec la Maison de la culture yiddish, où une semaine de rencontres sera consacrée à Avrom Sutzkever du 5 au 10 décembre 2013.

Lituanie MedemPlus d’informations : www.yiddishweb.com




----------------------
 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme