Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour Concerts
Auditorium

----------------------

La Sacem est partenaire de la saison musicale du Mahj

----------------------

Carte Amis du Mahjtarif

----------------------

partager sur Facebook Partager sur MySpace
----------------------

Haïm Lipsky ©DR

représentation supplémentataireAttention !
en raison du succès du spectacle, représentation supplémentaire
à 16h

Mercredi 8 décembre 2010 à 16 h
Mercredi 8 décembre 2010 à 20 h   Complet

Haïm à la lumière d’un violon
Spectacle musical et théâtral
Création à Paris

Texte, mise en scène et narration : Gérald Garutti

Musiques de Bloch, Mendelssohn, Wieniawski, Szymanowski, Enesco, Kreisler, Bartók, Bach, Chopin, Bernstein, Bruch.
Et musiques klezmer traditionnelles, chansons yiddish...

Interprétées par :
flecheNaaman Sluchin, violon
flecheDana Ciocarlie, piano
flecheAlexis Kune, accordéon
flecheSamuel Maquin, clarinette

Haïm à la lumière d’un violon est avant tout un hommage ; quatre musiciens et un narrateur saluent le destin de Haïm Lipsky, violoniste juif né à Lodz, rescapé d’Auschwitz.
À sa sortie du camp, Haïm rejette le polonais pour ne plus parler que deux langues : le yiddish et le silence. Aujourd’hui, à 87 ans, il parle hébreu. Mais toute sa vie, sa langue de cœur aura été la musique. En elle comme chez lui résonnent l’optimisme de la vie, la pudeur de l’humour et la résilience du combattant. A chaque instant, le chemin de Haïm a baigné dans la lumière du violon – lueur fragile qui, seule, le sauva de l’extermination nazie.
Ainsi, d’une époque à l’autre, d’une musique à l’autre, mélodies klezmer et morceaux classiques scandent la vie de Haïm, avec un égal souci de vérité.
Un violon, une clarinette, un accordéon, un piano et une voix suggèrent l'essentiel de ce parcours inouï, de la Pologne natale à la Terre promise, de la destruction du Yiddishland à la fondation de l’Etat d’Israël – grâce au miracle d’une survie à la Shoah. Et, à travers ce récit, se dessine un destin où se fondent mémoire et survie, musique et transmission.


Première époque : Yiddishland
Haïm naît en 1922 dans une famille hassidique où la musique est omniprésente sous tous ses aspects, des chansons yiddish à la liturgie hébraïque en passant par la musique folklorique polonaise.
Dès son jeune âge, Haïm est attiré par la musique classique. Il tombe alors fou amoureux du violon. Cette passion pour la musique le pousse à se faufiler en cachette aux concerts de l’Orchestre Philharmonique de Lodz où se produisent les grands interprètes de l’époque, dont Arthur Rubinstein. Il y découvre les grands concertos pour violon – en particulier Mendelssohn, qu’il vénère entre tous.

Deuxième époque : Shoah
La guerre éclate. Haïm est enfermé avec ses parents dans le ghetto de Lodz. À dix-sept ans, fort de ses dons musicaux, il rejoint l’orchestre des adultes du ghetto dirigé par le grand pianiste Théodore Ryder.
Dès lors, le violon devient le fil d’Ariane qui lui permet de traverser l’enfer de la Shoah.
De Poznań aux mines de Janina, sa musique lui permet de survivre. À Auschwitz, il est sélectionné par les nazis pour rejoindre l’orchestre du camp et survit miraculeusement jusqu’à la Marche de la Mort.

Troisième époque : Alyah
Dans les derniers jours de la Marche, Haïm s’enfuit. Il trouve refuge dans le grenier d'une maison, caché par une veuve. C'est à Altötting, en Bavière, près de Salzbourg (Autriche), que Haïm assiste à l'arrivée des Américains. Il se marie et décide de partir en Israël, vers un nouveau commencement. Aujourd’hui, soixante ans après, il vit à Haïfa.

Aujourd’hui : Transmettre
C’est le petit-fils de Haïm, Naaman Sluchin, qui interprète les oeuvres pour violon de ce spectacle où est retracée l’histoire de son grand-père. Avec, pour chaque étape, sa musique.


Gérald Garutti est dramaturge, metteur en scène et auteur.
Conseiller littéraire du Théâtre National Populaire depuis 2006, il est dramaturge des mises en scène de Christian Schiarettiau TNP, directeur artistique de la compagnie C(h)aracteres, il a mis en scène treize spectacles.

----------------------
 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme