Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour Expositions depuis 19982008

----------------------
2008
 
Barry Frydlender
Israël : Présent composé


Du 20 février 2008 au 25 mai 2008

Barry Frydlender<br />Israël : Présent composé

Barry Frydlender
Affiche de l'exposition
©Barry Frydlender

Que dit l’œuvre d’un artiste utilisant la photographie sur un pays où l’image est, plus qu’ailleurs, un enjeu politique ? Barry Frydlender, comme tétanisé par l’usage qui fut fait de ce médium pendant la première Intifada (1987-1993), préféra d’abord y renoncer. Puis la découverte de ce que le travail numérique pouvait apporter à l’image, dans son décalage avec la réalité, lui permit de renouer avec la photographie en 1994.
Dans une volte-face au travail de photojournalisme et au culte du bon cliché au bon moment, dû à un oeil providentiel, « the right man at the right place at the right time », Frydlender introduit patience et modestie dans la photographie.

Dans ce qui est une question d’espace, il invite le temps. Il n’est pas le seul, bien sûr.
Mais, dans « le bruit et la fureur » qui caractérisent la présentation d’Israël que nous livrent journaux et télévisions, la mise en image de la durée et du temps qui s’écoule confère une réelle étrangeté à ses oeuvres.

Les formats panoramiques de Barry Frydlender sont trompeurs ; on pourrait y voir une fresque sociale d’Israël : des Juifs et des Arabes, des jeunes et des moins jeunes, des babas cool et des hassidim, des travailleurs immigrés et une jeunesse qui rêve d’indolence. Ses photographies, de groupe ou de foule, le plus souvent prises en extérieur, nous emmènent vers un objet inattendu. Tentons-nous d’embrasser l’ensemble, que notre regard, happé par telle physionomie, telle inscription, un objet perdu, un geste éloquent, commence à scruter, éplucher, parcourir lentement, examiner, comparer. Que se passet-il ? Frydlender nous conduit vers le moment d’après, nous esquisse le paysage-autour : il contre l’instantané pour dérouler temps et espace, en abolir les limites. Le travail numérique, le collage, sur les dizaines, parfois les centaines de clichés qui composent le panorama, rusent avec l’immédiat : le soleil ne cesse de se coucher, les gens d’avancer, intérieurs et extérieurs subissent des extensions improbables qui nous donnent à voir plus que la réalité (Pitzutsiah).
À la séduction indéniable de ses fresques aux couleurs attrayantes, qui semblent décrire une sorte de vie enjouée, Frydlender ajoute subrepticement sens multiples, ironie et inquiétude. Comme si le texte qui sous-tendait toutes ses photographies était un « où allons-nous ? ».
Une tension qu'il s’agit de dé-jouer se cache dans les moments saisis : le jeu des enfants, à la frontière invisible entre quartier juif et quartier arabe (Jaffa/Bat Yam), une réunion bucolique des Juifs ultra-orthodoxes hors contexte, hors de leur cadre naturel (Bénédiction), les jeunes dans la joie d’une sortie scolaire au musée de l’Armée, surpris par des torrents d’eau (Déluge). C’est dans un étirement de l’espace, mais aussi dans la sédimentation photographique, que l’artiste insère cette réflexion sur le temps qui passe. Il crée une attente : il n’y a pas d’instant, le présent n’existe pas, si ce n’est dans un continuum, gros d’espoirs, gros aussi de menaces.
Sédimentation de la mémoire photographique, extension de l’espace, absorption de la durée, les images de Barry Frydlender ne s’arrêtent pas là ; l’artiste est également un virtuose des signes jouant sur les rapprochements formels, sur les parallèles et les relectures du texte biblique dans un présent très profane.
Ses photographies se jouent des mots, des noms, lancent des signaux qu’il nous invite à déchiffrer.

Barry Frydlender est né en 1954 à Tel-Aviv. Il y vit et y travaille. Ses oeuvres ont été montrées, depuis le début des années 1980, en Israël et dans de nombreuses manifestations artistiques à travers le monde.
Parmi ses dernières expositions personnelles, citons celles qui ont été présentées à la cathédrale Sainte-Anne d’Arles, dans le cadre des Rencontres de la photographie, en 2005 ; au Museum of Modern Art de New York et au Tel Aviv Museum of Art, en 2007.

----------------------
----------------------
 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme