Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour En coursExposition

Abel Pann
Œuvres de guerre (1915-1917)
60 estampes de la collection du Mahj

29 avril – 30 novembre 2014
 
exposition  autour de l'expo  diaporama  telecharger le dossier presse  revue de presse  tarif
 
 

Abel Pann La Tête de l’armée
Abel Pann Sans titre

Abel Pann
La Tête de l’armée, Paris, Éditions « La Guerre », 1915 – lithographie coloriée ©Mahj

Sans titre, [1915-1917]
Gravure à l’eau-forte et pointe sèche, impression sur vélin d’Arches
Photo Christophe Fouin © Mahj

Célébré dans le monde juif pour ses peintures sur les thèmes bibliques, Abel Pann (Kreslawka, 1883 – Jérusalem, 1963) est l’auteur d’une œuvre peu connue, aussi multiple par ses supports (peintures, dessins, estampes) que par ses sujets (héros et scènes bibliques, judaïsme d’Europe orientale, scènes de Palestine, société française) ou que par ses tonalités (romantique, lyrique, caricaturale).

Né Abba Pfeffermann en Lettonie, Abel Pann est issu d’un milieu juif orthodoxe. Après avoir quitté sa famille, il travaille dans une imprimerie et apprend le métier de graveur. Puis il étudie à l’Académie des beaux-arts d’Odessa et se spécialise dans la peinture, le dessin d’humour et la caricature, dont le portrait-charge.

Il arrive à Paris en 1905 et fréquente les artistes de la Ruche. Ses dessins sont publiés dans diverses revues. De 1912 à 1913, il séjourne à Jérusalem et enseigne à l’École des beaux-arts de Bezalel.

Sioniste convaincu, il rentre à Paris pour organiser son départ définitif ; mais ses projets sont empêchés par la déclaration de guerre. De 1914 à 1917, Abel Pann réalise des affiches populaires, destinées à éveiller le sentiment patriotique et à renforcer le moral des Français.
Il s’inquiète aussi de la situation de ses coreligionnaires sur le front oriental. Dès juillet 1914, les juifs subissent des exactions de la part de l’armée tsariste et de la population polonaise. Abel Pann dénonce ces persécutions par une impressionnante suite de dessins exécutés entre décembre 1915 et la fin de 1916. Mais l’ambassadeur russe à Paris intervient pour en empêcher la publication. En 1917, certain que les juifs de la diaspora seront toujours perdants, Abel Pann part pour les États-Unis. Il s’établit en Palestine à partir de 1920, enseigne à l’école de Bezalel et entame la création d’une œuvre sur la Bible.



Commissariat de l’exposition : Anne Hélène Hoog
Régie des œuvres : Pascal Concordia, assisté de Sophie Rodrigues et Nina Benagria
Conception signalétique : Alain Choukroun

Exposition présentée dans le foyer de l’auditorium.

Label Centenaire 14-18

 

exposition  autour de l'expo  diaporama  telecharger le dossier presse  revue de presse  tarif
 

 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme