Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour Un choix d'œuvres Arts graphiques

Portrait du Juif Errant
Portrait du Juif Errant

XVIIIe siècle
Bois de bout colorié à la main sur papier vergé
44 x 30,2 cm

Photo Nicolas Feuillie © Musée d'art et d'histoire du judaisme
 
,




Don de M. et Mme Harburger

La légende chrétienne du juif errant est un thème iconographique et littéraire très répandu dans les pays européens jusqu’au XXe siècle. Cette figure du juif, le plus souvent nommé Ashaver, qui, ayant refusé son aide à Jésus sur le chemin de croix, se voit condamné à errer sans répit, inspire tour à tour horreur et compassion.
Les images populaires ou les figurines sculptées françaises et rhénanes de la fin du XVIIIe siècle montrent des différences très nettes avec les caricatures antijuives du milieu du XIXe siècle. Jusqu’au début du xixe siècle, l’imagerie du juif errant présente en général le " vénérable vieillard " sous les traits d’un vagabond pèlerin plutôt aimable.


La grande période de l’imagerie d’Épinal marque le passage de l’antijudaïsme chrétien à l’antisémitisme : le juif est alors affublé d’un nez recourbé, et d’un vêtement souvent repoussant.
Étranger à la société française jusqu’à la Révolution, le juif ne commence à constituer un péril dans la phobie antisémite qu’au moment de son intégration dans la nation ; dès lors l’imagerie le dotera des caractéristiques qui deviennent les attributs classiques du juif dans l’illustration antisémite, de l’affaire Dreyfus à l’exposition du Grand Rex, sous le gouvernement de Vichy.
----------------------
----------------------
 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme