Menu principal

Menu secondaire

Contenu

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme

Retour Historique du Musée

L'aménagement

Aménagement du musée Aménagement du musée
©Mahj

La restructuration des espaces intérieurs du bâtiment a été confiée en juin 1993, à l'issue d'un concours, à Catherine Bizouard et François Pin, architectes DESA Ils ont été assistés dans les phases d'étude et de réalisation par l'architecte Loan Mai.

Le bâtiment se développe sur trois ailes, entre une cour monumentale et un vaste jardin. Les écuries adjacentes à l'hôtel ont été affectées au musée. Cependant le programme a nécessité la création de nouveaux volumes, sous la cour, dont l'excavation a donné lieu à une campagne de fouilles archéologiques.

L'accès au musée se fait par la rue du Temple. Visible depuis le porche d'entrée, le vestibule d'honneur est la première halte du visiteur. Situé à la croisée de tous les chemins du musée, il dessert l'accueil, la librairie, le salon de thé et l'escalier d'honneur permettant l'accès aux collections permanentes.

Le rez-de-chaussée du musée est un lieu ouvert donnant accès à l'auditorium et aux caves voûtées installés au sous-sol, à l'atelier des enfants, aux collections permanentes et aux salles d'expositions temporaires.

Le centre de documentation et l'administration occupent plusieurs niveaux du bâtiment sur rue, et des écuries. À court terme, les expositions temporaires, situées à la fin du parcours des collections permanentes, trouveront de plus vastes espaces dans les écuries.

Les collections permanentes se déploient au premier et au deuxième étage dans les ailes nord et ouest.
Le parti pris muséographique fait se confronter, tout au long du parcours, le cadre historique (l'architecture de l'hôtel restituée) et des matériaux et un mobilier contemporains. La muséographie s'efforce de donner une lecture aisée des limites entre intervention contemporaine et volumes d'origine. De nouveaux escaliers ont été créés pour répondre aux contraintes d'un musée et de sa fréquentation.

Les collections comportant beaucoup d'objets, de documents ou de textiles, la muséographie repose sur une proportion importante de vitrines. Les vitrines murales donnent à comprendre la structure d'origine des lieux en se calant sur un dispositif ancien, en regard des fenêtres, dans l'aile nord ou sur le rythme des charpentes dans les combles.

L'emplacement des vitrines centrales et des pupitres permet de guider les pas des visiteurs. Tout en conservant des constantes dans les matériaux (ouvrages de serrurerie et fonds de bois s'inscrivant sur des murs d'enduits, ou fonds d'enduits contrastant avec des murs lambrissés), les vitrines offrent une grande variété de formes, inspirées par leur contenu.

La collection du XXe siècle est présentée dans des volumes contrastés alternant des proportions larges et d'autres volontairement resserrées. Le principe d'entresolement de l'hôtel, en partie conservé, permet de constituer des mezzanines et des espaces à double hauteur.


Catherine Bizouard et François Pin ont réalisé entre autres :
- pour le Louvre, l'aménagement des salles de sculptures italiennes et nordiques, l'aménagement des Antiquités grecque, étrusque et romaine et les salles de l'Egypte romaine et copte.
- la bibliothèque François Truffaut du Petit Quevilly,
- le musée d'Art sacré du Gard à Pont Saint Esprit,
- la réhabilitation et l'aménagement de l'extension de l'Université Panthéon-Assas, Paris II,
- l'aménagement de l'espace de présentation du fichier juif, au Mémorial du martyr juif inconnu / Centre de documentation juive contemporaine à Paris,
- le réaménagement des espaces intérieurs du pavillon Paul Delouvrier du parc de la Villette,
- le réaménagement du musée Chintreuil à Pont-de-Vaux (Ain).

Ils ont conçu la scénographie d'expositions pour les musées des Beaux-Arts de Lyon, d'Orléans, pour le musée des Beaux Arts de Besançon, de Tours.
 
 

© Musée d'art et d'histoire du Judaïsme